Maison de vacances  La Compagnie des Moëres - Les Moëres, een uniek landschap 4 m onder de zeespiegel

Les Moëres

La nature et ses paysages

Le Westhoek présente une grande variété de paysages. Les polders plats des Moëres sont uniques par la largeur de leurs champs. Le paysage est caractérisé par des routes de liaison droites bordées d'arbres et par des parcelles carrées ou rectangulaires. Ici et là, il y a encore un vieux moulin à vent ou les restes d'un moulin à vent avec lequel l'eau était pompée.

Karel Van Nieuwkerke a écrit dans son blog au sujet de son morceau le plus populaire du cours Gand-Wevelgem : "Le vent ne se laisse pas enfermer là".

Au milieu de la nature et du vaste paysage, loin de tout stress, écoutez le silence et redécouvrez la nature. Bien que vous ne soyez pas un ornithologue, l'observation et la reconnaissance des oiseaux est un défi pour de nombreux visiteurs. Nous vous mettrons en route avec des informations supplémentaires, disponibles sur place. Laissez-vous émerveiller par le pic épeiche ou le pic vert, les lièvres et les faisans, les busards des marais, les hiboux, les faucons, les hérons, les cygnes sauvages, .....

Visitez la ferme fromagère « De Moerenaar »

A deux pas de La Compagnie des Moëres, vous trouverez la fromagerie « De Moerenaar ». (accessible à pied) Cette entreprise familiale fabrique 15 sortes de fromages avec le lait de ses propres vaches. Vous pouvez vous rendre au magasin de la ferme pour vous gâter avec les délicieux produits laitiers qui ont déjà remporté de nombreux prix internationaux ou pour visiter la fromagerie elle-même. Il existe un petit centre d'accueil des visiteurs qui raconte l'histoire de la région et du processus de fabrication du fromage.

Histoire des Moëres

Le drainage et les installations sous-marines de la zone de basse altitude Des Moëres.

À la fin du XVIe siècle, la région des Moëres était un paysage de marais de faible altitude avec deux grandes mares à la frontière de la Belgique et de la France actuelles. ( 30 km² dont 1/3 sur le territoire belge.) Parce qu'elle était plus basse que le niveau de la mer, il n'était pas facile de drainer la région. Entre 1622 et 1626, sur ordre des archiducs Albrecht et Isabelle, le citoyen anversois Wenceslas Cobergher réussit à assécher le lac d'eau douce après la construction d'un canal périphérique de 8 km de long, d'une digue et de 22 moulins à vent. Ce n'est qu'en 1815 que la zone a été définitivement convertie en terres agricoles. Cependant, cet endroit était stratégique, et la zone drainée a ensuite été délibérément inondée à plusieurs reprises.

DEUXIÈME GUERRE MONDIALE

Fin 1943, les occupants allemands craignent un débarquement allié sur les plages du détroit de Calais. En janvier 1944, le maréchal Rommel donne l'ordre d'inonder les basses terres situées derrière la côte. Les Allemands ont prévu de s'installer à Dunkerque lors du débarquement ou de la libération. Ainsi, le port restait inutilisable pour les Alliés. Dans les Moëres, les habitants ont dû quitter leurs villages avant le 15 février. Les Moëres français étaient déjà sous l'eau en février. Les Belges ont été épargnés jusqu'au 23 mars. Une brèche a été ouverte dans le bord de la route près de la frontière française et le Ringsloot "déserté" a été ouvert. En un rien de temps, l'eau a atteint une hauteur de plus d'un mètre. Ce n'est que trois ans après la guerre qu'il a pu être à nouveau récolté. Les terres agricoles ont d'abord dû être dessalées à la chaux.